Compte rendu du Raid Bleu Normandie

Publié le par diam

     Le Raid Bleu Normandie pour les F18 se déroulait du 29 mai au 1er juin à Hermanville sur Mer dans le Calvados.
3 équipages d'ADGF sont inscrits à l'épreuve: Vincent & Marc Lepesqueux (remplacé par un autre Vincent), Jacques & Jean Pierre, Ronan et Nicolas, les autres clubs manchots (sauf celui de Serge et Bruno) ont décidé de ne pas venir même si certains avaient une bonne raison comme une envie de se marier ou de s'être coupé des tendons à la main !  
    Départ vendredi matin et les choses commencent mal car arrivés à Villedieu afin de rejoindre l'A84, les accès sont bloqués par les agriculteurs en colère, nous prenons donc l'ancienne route de Caen: 1er détour.
Arrivés à Torigny, l'itinéraire Bis nous pousse à reprendre l'autoroute mais les accès sont également bloqués par les agriculteurs, nous faisons demi-tour : 2ème détour. Nous décidons donc de continuer par l'ancienne route et après plus de 3 h de route (d'autres ont mis 7 h pour venir de St Malo), nous arrivons enfin à Hermanville sous le soleil et avec un vent de Nord Est plutôt frais et fort.
Nous passons l'après-midi à monter et réparer le bateau endommagé par le dématage du  we précédent en regardant quelques copains partir sur l'eau pour la régate d'entrainement dans 20-25nds de vent; sur 6 bateaux au départ, 2 seront à l'arrivée après de multiples casses matérielles et humaines...
Après une soirée organisée à la Mairie d'Hermanville, tout le monde va se coucher tôt car les prévisions pour le lendemain annoncent du sport.
    Samedi 9 h: tous les équipages sont sur le pied de guerre. les conditions sont plutôt soft et avec un léger retard tout le monde part rejoindre la ligne de départ prêt à en découdre. Malheureusement pour notre équipage, après une abattée un peu soudaine d'un concurrent sur notre trajectoire, nous nous retrouvons dans un "champs de mine" style cailloux et algues et nous explosons la dérive babord sur environ 35 cm; retour à la case plage pendant que les copains partent en direction de Dives pour un parcours d'une grosse vingtaine de milles ; pour en savoir plus, il faudrait que quelqu'un vous conte la course.... car pour nous, commence l'opération "strat" avec les moyens de bord. On vous passera les détails mais après un rallye dans Ouistreham à la recherche d'un "Ship" et l'après midi dans les vapeurs de résine et d'acétone, Ronan nous contocte une dérive capable de jouer avec les cailloux.
Entre temps le vent s'est levé, pour atteindre 20nds vers 15 h 30 quand les 1ers arrivent au terme d'une 2nde course devenue un peu plus physique.
Les équipiers commencent à avoir des bobos et des courbatures et ne se font pas prier pour aller faire une petite sieste. le vent continue de monter au fur et à mesure de l'après-mid pour atteindre 30nds en fin de journée. Repas sympa le soir bien qu'un peu frais (en pein vent) sur le village de Raid Bleu, mais la bière et le groupe de musique aident à garder la chaleur dans les âmes, à tel point que certains équipages demandent à plus naviguer le lendemain.
    Dimanche 9h: Il est prévu 3 courses. Même ambiance avant le départ si ce n'est que le vent qui devrait monter vers midi est déjà bien présent (>17nds).
Le départ se passe plutôt bien pour tout le monde, le parcours nous envoie sur une bouée au large à environ 5 milles d'Hermanville avant de descendre au-delà de Courseulles puis retour.  La mer n'est pas des plus agréable avec une forte houle courte, cela se gère plutôt bien même si quelques vagues plus grosses nous chassent les pieds du bateau et entrainent quelques figures au trapèze. Une fois à la bouée au vent, l'abattée est sportive mais nous prenons une marge de sécurité qui nous permet de la gérer sans encombre. Par contre les 12 milles qui nous séparent de la prochaine marque, sont vraiment chauds car la mer continue de se lever, accompagnée par une brise forcissante (>20nds). Tout le monde essaie d'envoyer le spi mais le bord est trop sérré donc on le descend rapidement, les écarts avec les premiers deviennent conséquents et les plantages d'étraves de + en + sérieux (merci le Diam mais des fois on aimerait faire 30 kgs de plus), les sorties au trapèze deviennent quasi impossibles sous peine de se faire balayer, on décide donc de la jouer safe même si on recolle un peu. La fatigue commence à se faire sentir (on aurait du faire un peu de sport cet hiver), la bouée de Courseulles se passe dans une gerbe d'eau lors de l'abatté et on est reparti pour 12 milles de prés et après 4 milles, le physique commence à coincer sérieusement car je n'arrive plus à garder les jambes tendues au trapèze, la barre devient de plus en plus dure. On décide par consquent de rejoindre Hermanville en mode promenade mais la rentrée sur le trampoline est des plus difficile, je me retrouve dans l'eau incapable de remonter à bord et Ronan dans un dernier effort remonte les 77 kgs sur le bateau. On prend enfin le temps de se restaurer ,tout va bien jusqu'à un champs d'algues et que le safran sous le vent qui avait dû en prendre un coup la veille, ne se décoche complètement. On rentre donc à Hermanville et l'opération réparation 2ème Acte reprend après 2h30 sur l'eau.
Le départ de la 2nde course du jour se fera une nouvelle fois sans nous; serions-nous maudits? On arrive à voir l'arrivée de cette 2nde manche (par plus de 25nds le spectacle est grandiose avec quelques figures et dessalages assez violents) au bout de laquelle le comité décide de mettre fin à la journée pour le plus grand plaisir des équipiers qui sont dans un état de fatigue très avancé à tel point que les chambres sont prises d'assaut. Le repas est bien sympa et tout le monde se couche de bonne heure.
     Lundi matin 6h: Tout le monde debout, briefing 7h30 sur la plage mais petit soucis, on n'y voit pas à 100m! on se rejoint tous au bar et triple dose de café pour tout le groupe. 9h, le brouillard semble se lever et tous les équipages gréent rapidement pour le départ qui est donné à 9h45. Le coup de canon est donné à une flotte nerveuse, rappel général. 2nd départ tout aussi chaud et certains se permettent des manoeuvres plus que contestables - ce que l'on fera remarquer au jury au retour - et c'est parti pour une manche assez courte puisqu'initialement prévue pour 2 tours elle sera réduite à un seul pour rester dans le tableau horaire prévu - Nous retirerons également notre protest pour éviter une attente trop longue. La manche se déroule sans encombre pour nous mais l'équipage vainqueur en 2008 qui casse son mat et l'autre Diam casse sa tétière de spi.

     Au final, un beau week-end toujours merveilleusement bien organisé et l'accueil d'Anne Sophie et de son équipe est des plus agréable
A L'année prochaine
Nicolas

Publié dans Régates

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Merci Nico pour ce compte-rendu ! Au plaisir de vous revoir l'année prochaine !! A suivre donc ....
Répondre
A
Merci Nicolas pour ce post.
Répondre